Moos van den Broek

Alle 252 artikelen van Moos van den Broek

Biografie

Moos van den Broek (1962) is dramaturg, programmeur en journalist. Programmeur was ze met veel plezier o.a. bij Theater Frascati, waar ze meerdere festivals oprichtte. Als dramaturg werkt ze voor en met vele (inter)nationale huizen, festivals en onafhankelijke kunstenaars. Ze schrijft al geruime tijd voor Theatermaker, m.n. over dans, performance en de ontwikkelingen in het internationale theater- en dansveld. Daarnaast verzorgt ze inleidingen, nagesprekken en debatten en is ze als adviseur betrokken bij zowel Nederlandse als internationale fondsen en opleidingen. (Foto: Anna van Kooij)

Moos van den Broek
header_cheltfitsh
door gezien 7 mei 2016
★★★☆☆ Toneel
header_cheltfitsh

Toshiki Okada is al jaren vaste gast van het Brusselse Kunstenfestivaldesarts. In Time’s Journey Through a Room verbindt hij een tragische liefdesgeschiedenis aan de mentaliteit van de Japanse maatschappij na de kernramp. Het verhaaltje is … Lees verder

Deceptive Bodies - A. Bouckaert & VandenEybnd - Herman Sorgeloos
door gezien 21 mei 2016
★★★☆☆ Performance
Deceptive Bodies - A. Bouckaert & VandenEybnd - Herman Sorgeloos

Deceptive Bodies is een duet waarin beeldend kunstenares Dolores Bouckaert en choreografe Charlotte Vanden Eynde vrouwenbeelden in verstilde poses de revue laten passeren. Het resulteert in een uiterst subtiel en sensueel beladen competitie, waarin tal … Lees verder

Sons of sissy - Simon Mayer - Arne Hauge
door gezien 21 mei 2016
★★★★☆ Performance
Sons of sissy - Simon Mayer - Arne Hauge

In Sons of Sissy ontleedt de Oostenrijkse choreograaf Simon Mayer de Alpenfolklore tot een waar experimentele performance. Vier mannen geven zichzelf bloot en ontleden de oeroude tradities van hun voorvaderen tot op de bodem. Het … Lees verder

Massimo Furlan - Blue Tired Heroes (c) Francoise Bolechowski
door gezien 20 mei 2016
★★★★★ Performance
Massimo Furlan - Blue Tired Heroes (c) Francoise Bolechowski

Zeven mannen in Superman-pak door de straten in Utrecht, hoe hilarisch kan het zijn? Veel hoeven deze mannen niet te doen, dankzij het contrast tussen hun outfit en hun grijze lokken zijn ze al snel … Lees verder

sarah vanhee -oblivion©philedeprez3
door gezien 15 mei 2016
★★☆☆☆ Performance
sarah vanhee -oblivion©philedeprez3

In Oblivion creëert theatermaker Sarah Vanhee een landschap van de afvalproducten die ze een jaar lang spaarde. Tijdens de voorstelling reflecteert ze op dat proces. Bij vlagen levert dat interessante denkstof op over de waarde … Lees verder

A Possibility of An Abstraction - Germaine Kruip - Kris Qua
door gezien 15 mei 2016
★★★★☆ Performance
A Possibility of An Abstraction - Germaine Kruip - Kris Qua

Met behulp van licht en geluid deconstrueert de Nederlandse scenografe Germaine Kruip in haar voorstelling A Possibility of an Abstraction het theater tot een mystieke en tijdloze architectonische ruimte, die voortdurend transformeert en betekenis geeft.… Lees verder

En alerte - foto Titanne
door gezien 7 mei 2016
★★★☆☆ Performance
En alerte - foto Titanne

Het werk van de Marokkaanse choreograaf Taoufiq Izeddiou heeft een sterk beeldend karakter. En alerte is een theatraal statement geïnspireerd op het Soefiritueel. Aan de hand van beeld, beweging en muziek bekritiseert Izzediou het blinde … Lees verder

Angélica Liddell 

Primera carta de San Pablo a los Corintios. Cantata BWV 4, Christ lag in Todesbanden. Oh, Charles!
Première épître de saint Paul aux Corinthiens. Cantate BWV 4, Christ lag in Todesbanden. Oh, Charles!
- deux spectacles du Cycle des résurrections


1h25 - Salle Charles Apothéloz 
En espagnol, surtitré en français
Dans Primera carta de San Pablo a los Corintios. Cantata BWV 4, Christ lag in Todesbanden. Oh, Charles ! Angélica Liddell travaille le tressage du sacré avec le profane, puisqu’elle en passe par ce sacrilège : transposer l’ardeur de l’amour pour Dieu, telle que saint Paul l’a décrite, sur les zones de l’amour profane. Comme pour vérifier, par la représentation, que Dieu et l’amour sont la même chose.
Ce spectacle ainsi que Tandy, présenté du 26 au 29 mars à Vidy, sont baignés d’une atmosphère baroque, galvanisante, semblent confondre parfois le contexte d’un théâtre avec celui d’une église : ils peuvent se définir comme des vanités, mais davantage par rapport à l’amour que par rapport à la mort. Soit des pièces qui nous rappellent de manière physique que toutes les possessions, toutes les réussites, tous les succès sont lettres mortes sans amour.


Angélica Liddell

C’est en 2010 que le public de théâtre francophone découvre Angélica Liddell au Festival d’Avignon : elle y présente deux pièces coups de poing, El año de Ricardo et La Casa de la fuerza. Elle travaille pourtant à Madrid avec sa compagnie Atra Bilis depuis 1993, mais jusque-là dans des réseaux de diffusion plus marginaux, plus erformatifs. Chacun de ses spectacles est une tentative de rédemption. Elle prend la douleur du monde sur le plateau, en elle, déplace la sauvagerie de certains dysfonctionnements collectifs sur l’intime de son propre corps, et cherche une expiation dans le geste artistique, même s’il faut pour cela aller jusqu’à la violence, l’épuisement, la mise en danger. Auteure, metteure en scène, performeuse, Angélica Liddell est une artiste extra-ordinaire, toujours sur le fil d’un rasoir qui hésite à trancher entre la réalité et la fiction. En 2011, elle présente Maudit soit l’homme qui se confie en l’homme : un projet d’alphabétisation, qui décline en français un abécédaire de la méfiance. Elle est maintenant entrée dans une série de pièces sur la résurrection, faite de You Are my Destiny (Lo stupro di Lucrezia), Tandy et Carta de San Pablo a los Corintios. Beethoven, sinfonia n° 7.





Texte, mise en scène, scénographie et costumes :

Angélica Liddell
 
Traduction en français : 
Christilla Vasserot
 
Surtitres : 
Victoria Aime
 
Lumière :

Carlos Marquerie
 
Son :

Antonio Navarro
 
Régie lumière :

Octavio Gómez
 
Direction technique :

Marc Bartoló
 
Assistanat à la mise en scène et régie :

Julio Provencio
 
Production :

Mamen Adeva
 
Direction de production :

Gumersindo Puche
 
Maquillage et coiffure :
Laetitia Rochaix
 
Rideaux :

ShowTex
 
Impression de peinture :

Big Image Systems
 
Taxidermie :

Taxidermia Fer Fauna
 
Avec :

Victoria Aime
Angélica Liddell

Sindo Puche (en alternance avec Borja López)
Et avec 10 figurantes : 
Carine Baillod

Emmanuelle Coutelier

Yael Maim
Sonia Noya
Anna Sarukhanyan

Valentina Tchanz

Murielle Tenger
Elsa Triquet

Lisa Veyriez

Suzanne Widmer
Et une infirmière :

Montserrat Carvajal


Production déléguée et diffusion :
Atra Bilis Teatro/laquinandi, S.L.
Coproduction :
Théâtre de Vidy
Odéon – Théâtre de l’Europe
Festival d’Automne à Paris
68° Ciclo di Spettacoli Classici al teatro Olimpico di Vicenza – Comune di Vicenza –
Fondazione Teatro Comunale Città di Vicenza
La Bâtie-Festival de Genève
Theater Chur
Künstlerhaus Mousonturm
Bonlieu Scène nationale Annecy
Avec le soutien de :
Communauté de Madrid et Ministère
De l’Education, de la Culture et des
Sports – INAEM
Répétitions et création à Vidy
door gezien 2 december 2015
★★★☆☆ Toneel
Angélica Liddell 

Primera carta de San Pablo a los Corintios. Cantata BWV 4, Christ lag in Todesbanden. Oh, Charles!
Première épître de saint Paul aux Corinthiens. Cantate BWV 4, Christ lag in Todesbanden. Oh, Charles!
- deux spectacles du Cycle des résurrections


1h25 - Salle Charles Apothéloz 
En espagnol, surtitré en français
Dans Primera carta de San Pablo a los Corintios. Cantata BWV 4, Christ lag in Todesbanden. Oh, Charles ! Angélica Liddell travaille le tressage du sacré avec le profane, puisqu’elle en passe par ce sacrilège : transposer l’ardeur de l’amour pour Dieu, telle que saint Paul l’a décrite, sur les zones de l’amour profane. Comme pour vérifier, par la représentation, que Dieu et l’amour sont la même chose.
Ce spectacle ainsi que Tandy, présenté du 26 au 29 mars à Vidy, sont baignés d’une atmosphère baroque, galvanisante, semblent confondre parfois le contexte d’un théâtre avec celui d’une église : ils peuvent se définir comme des vanités, mais davantage par rapport à l’amour que par rapport à la mort. Soit des pièces qui nous rappellent de manière physique que toutes les possessions, toutes les réussites, tous les succès sont lettres mortes sans amour.


Angélica Liddell

C’est en 2010 que le public de théâtre francophone découvre Angélica Liddell au Festival d’Avignon : elle y présente deux pièces coups de poing, El año de Ricardo et La Casa de la fuerza. Elle travaille pourtant à Madrid avec sa compagnie Atra Bilis depuis 1993, mais jusque-là dans des réseaux de diffusion plus marginaux, plus erformatifs. Chacun de ses spectacles est une tentative de rédemption. Elle prend la douleur du monde sur le plateau, en elle, déplace la sauvagerie de certains dysfonctionnements collectifs sur l’intime de son propre corps, et cherche une expiation dans le geste artistique, même s’il faut pour cela aller jusqu’à la violence, l’épuisement, la mise en danger. Auteure, metteure en scène, performeuse, Angélica Liddell est une artiste extra-ordinaire, toujours sur le fil d’un rasoir qui hésite à trancher entre la réalité et la fiction. En 2011, elle présente Maudit soit l’homme qui se confie en l’homme : un projet d’alphabétisation, qui décline en français un abécédaire de la méfiance. Elle est maintenant entrée dans une série de pièces sur la résurrection, faite de You Are my Destiny (Lo stupro di Lucrezia), Tandy et Carta de San Pablo a los Corintios. Beethoven, sinfonia n° 7.





Texte, mise en scène, scénographie et costumes :

Angélica Liddell
 
Traduction en français : 
Christilla Vasserot
 
Surtitres : 
Victoria Aime
 
Lumière :

Carlos Marquerie
 
Son :

Antonio Navarro
 
Régie lumière :

Octavio Gómez
 
Direction technique :

Marc Bartoló
 
Assistanat à la mise en scène et régie :

Julio Provencio
 
Production :

Mamen Adeva
 
Direction de production :

Gumersindo Puche
 
Maquillage et coiffure :
Laetitia Rochaix
 
Rideaux :

ShowTex
 
Impression de peinture :

Big Image Systems
 
Taxidermie :

Taxidermia Fer Fauna
 
Avec :

Victoria Aime
Angélica Liddell

Sindo Puche (en alternance avec Borja López)
Et avec 10 figurantes : 
Carine Baillod

Emmanuelle Coutelier

Yael Maim
Sonia Noya
Anna Sarukhanyan

Valentina Tchanz

Murielle Tenger
Elsa Triquet

Lisa Veyriez

Suzanne Widmer
Et une infirmière :

Montserrat Carvajal


Production déléguée et diffusion :
Atra Bilis Teatro/laquinandi, S.L.
Coproduction :
Théâtre de Vidy
Odéon – Théâtre de l’Europe
Festival d’Automne à Paris
68° Ciclo di Spettacoli Classici al teatro Olimpico di Vicenza – Comune di Vicenza –
Fondazione Teatro Comunale Città di Vicenza
La Bâtie-Festival de Genève
Theater Chur
Künstlerhaus Mousonturm
Bonlieu Scène nationale Annecy
Avec le soutien de :
Communauté de Madrid et Ministère
De l’Education, de la Culture et des
Sports – INAEM
Répétitions et création à Vidy

Angelica Liddell maakt gepassioneerd, heftig en dikwijls duister theater dat bepaald niet los staat van haar eigen persoon. Haar nieuwste voorstelling gaat over de dunne scheidslijn tussen onvoorwaardelijke liefde en geweld. Geprojecteerde en gesproken teksten … Lees verder

Some things only become clear much later - Davis Freeman
door gezien 10 mei 2016
★★☆☆☆ Performance
Some things only become clear much later - Davis Freeman

Live broadcasten met kijkers zowel in de zaal als online: het klinkt al heel spannend concept, zeker als er seks in het spel is. Maar tijdens sommige voorstellingen hebben de performers meer lol dan het … Lees verder

Adonde van los muertos lado a - Grupo Krapp + Get lost - Genitti
door gezien 21 april 2016
★★★☆☆ Performance
Adonde van los muertos lado a - Grupo Krapp + Get lost - Genitti

Het Argentijnse theatercollectief Grupo Krapp onderzoekt op lichtvoetige wijze het meest terugkerende thema in theater: de dood. Adonde van los Muertos is een voorstelling over eindigheid, verlies en theater, maar laat weinig ruimte over aan … Lees verder