Recensies

Nederland Alkmaar 160202.
Unieke Zaken speelt  "De Man Die Op Reis Ging".
Foto: Jan Boeve / De Balie
door gezien 7 februari 2016
★★☆☆☆ Jeugdtheater
Nederland Alkmaar 160202.
Unieke Zaken speelt  "De Man Die Op Reis Ging".
Foto: Jan Boeve / De Balie

Vergeet de titel, De man die op reis ging van Unieke Zaken. We zien twee theatertechnici, die in de weer gaan met decor, licht en geluid. Maar in plaats van hiermee uit te pakken blijven … Lees verder

De Pindakaas Prins, Orkater in coproductie met Holland Baroque en Oorkaan,
regie:Ria Marks,
Tekst:Freek Vielen,
Spel,compositie en muzieksamenstelling:Erik van der Horst,
Spel en Muziek: Kaspar Schellingerhout,
Spel en Muziek; Maartje van de Wetering,
Muzieksamenstelling: Judith Steenbrink,Tineke Steenbrink,
Design: Catharina Scholten,
Kostuums: Bernadette Corstens
Licht: Stefan Dijkman,
Spel en Muziek: Holland Baroque
door gezien 7 februari 2016
★★★☆☆ Jeugdtheater
De Pindakaas Prins, Orkater in coproductie met Holland Baroque en Oorkaan,
regie:Ria Marks,
Tekst:Freek Vielen,
Spel,compositie en muzieksamenstelling:Erik van der Horst,
Spel en Muziek: Kaspar Schellingerhout,
Spel en Muziek; Maartje van de Wetering,
Muzieksamenstelling: Judith Steenbrink,Tineke Steenbrink,
Design: Catharina Scholten,
Kostuums: Bernadette Corstens
Licht: Stefan Dijkman,
Spel en Muziek: Holland Baroque

De musici van Holland Baroque staan gehuld in blauwe regenponcho’s tussen de planten, schemerlampen, tafeltjes, banken en bedden. Achter hen vallen dikke, friswitte animatieregendruppels naar beneden. Tussen de orkestleden door dralen drie kleurrijke types: twee … Lees verder

THE STATEMENT - NDT1 foto Rahi Rezvani
door gezien 4 februari 2016
★★★★★ Dans
THE STATEMENT - NDT1 foto Rahi Rezvani

Traditiegetrouw toont het Holland Dance Festival een programma van het Nederlands Dans Theater. Met Somos presenteert NDT1 nieuwe, korte werken van Marco Goecke en Crystal Pite, ingekaderd door twee langere reprises van Paul Lightfoot en … Lees verder

De wand - Ulrike Quade Company foto Sanne Peper
door gezien 7 februari 2016
★★★★☆ Objecttheater
De wand - Ulrike Quade Company foto Sanne Peper

In het beeldende voorwerpen- en poppentheater van Ulrike Quade Company is taal niet altijd het belangrijkste, ditmaal wel. De voorstelling De wand, geïnspireerd door de roman Die Wand (1963) van de Oostenrijkse schrijfster Marlen Haushofer, … Lees verder

Beckett Boulevard - de Koe - Koen Broos
door gezien 5 februari 2016
★★★★☆ Toneel
Beckett Boulevard - de Koe - Koen Broos

Wat toneelspelers misschien constant aan het doen zijn is oefenen in schijngestalten, in iemand anders zijn, in een andere werkelijkheid. Oefeningen voor een ander leven. ‘Dromenstof’, volgens Shakespeare. Thomas Mann zag toneelspelers als ‘vuurvliegjes’, die … Lees verder

Even goede vrienden - René van Meurs - Anne van Zantwijk
door gezien 6 februari 2016
★★★☆☆ Cabaret
Even goede vrienden - René van Meurs - Anne van Zantwijk

René van Meurs (1985) is behalve comedian ook een echte dertiger; een jonge man die worstelt met de stuwende verplichting tot volwassenheid en ondertussen nog steeds pizza aan huis laat bezorgen en zich tegoed doet … Lees verder

SCAPINO Ballet Rotterdam// Pas de Deux
door gezien 6 februari 2016
★★★☆☆ Dans
SCAPINO Ballet Rotterdam// Pas de Deux

Na de oorlog leerde Scapino Nederland weer van dans te houden. Scapino Ballet Rotterdam bestaat zeventig jaar en viert dat met onder meer de première van Pas de deux in het Holland Dance Festival. De … Lees verder

Mensenpraat - OT rotterdam
door gezien 5 februari 2016
★★★☆☆ Toneel
Mensenpraat - OT rotterdam

Het Onafhankelijk Toneel was een roemrucht theatergezelschap dat viel onder de bijl van de bezuinigingen op cultuur, maar de groene takjes bleven komen. De groep trok zich terug in een klein studiootje aan de Rotterdamse … Lees verder

Chez Brood - Bos Theaterproducties - Raymond van Olphen
door gezien 4 februari 2016
★★★★☆ Muziektheater
Chez Brood - Bos Theaterproducties - Raymond van Olphen

Midden op het podium speelt de band van Jan Rot op een verhoging de hits van de rocklegende. Links daarvan staat zijn doodskist op het toneel. Rechts de versleten bank van het huis waar hij … Lees verder

Angélica Liddell 

Primera carta de San Pablo a los Corintios. Cantata BWV 4, Christ lag in Todesbanden. Oh, Charles!
Première épître de saint Paul aux Corinthiens. Cantate BWV 4, Christ lag in Todesbanden. Oh, Charles!
- deux spectacles du Cycle des résurrections


1h25 - Salle Charles Apothéloz 
En espagnol, surtitré en français
Dans Primera carta de San Pablo a los Corintios. Cantata BWV 4, Christ lag in Todesbanden. Oh, Charles ! Angélica Liddell travaille le tressage du sacré avec le profane, puisqu’elle en passe par ce sacrilège : transposer l’ardeur de l’amour pour Dieu, telle que saint Paul l’a décrite, sur les zones de l’amour profane. Comme pour vérifier, par la représentation, que Dieu et l’amour sont la même chose.
Ce spectacle ainsi que Tandy, présenté du 26 au 29 mars à Vidy, sont baignés d’une atmosphère baroque, galvanisante, semblent confondre parfois le contexte d’un théâtre avec celui d’une église : ils peuvent se définir comme des vanités, mais davantage par rapport à l’amour que par rapport à la mort. Soit des pièces qui nous rappellent de manière physique que toutes les possessions, toutes les réussites, tous les succès sont lettres mortes sans amour.


Angélica Liddell

C’est en 2010 que le public de théâtre francophone découvre Angélica Liddell au Festival d’Avignon : elle y présente deux pièces coups de poing, El año de Ricardo et La Casa de la fuerza. Elle travaille pourtant à Madrid avec sa compagnie Atra Bilis depuis 1993, mais jusque-là dans des réseaux de diffusion plus marginaux, plus erformatifs. Chacun de ses spectacles est une tentative de rédemption. Elle prend la douleur du monde sur le plateau, en elle, déplace la sauvagerie de certains dysfonctionnements collectifs sur l’intime de son propre corps, et cherche une expiation dans le geste artistique, même s’il faut pour cela aller jusqu’à la violence, l’épuisement, la mise en danger. Auteure, metteure en scène, performeuse, Angélica Liddell est une artiste extra-ordinaire, toujours sur le fil d’un rasoir qui hésite à trancher entre la réalité et la fiction. En 2011, elle présente Maudit soit l’homme qui se confie en l’homme : un projet d’alphabétisation, qui décline en français un abécédaire de la méfiance. Elle est maintenant entrée dans une série de pièces sur la résurrection, faite de You Are my Destiny (Lo stupro di Lucrezia), Tandy et Carta de San Pablo a los Corintios. Beethoven, sinfonia n° 7.





Texte, mise en scène, scénographie et costumes :

Angélica Liddell
 
Traduction en français : 
Christilla Vasserot
 
Surtitres : 
Victoria Aime
 
Lumière :

Carlos Marquerie
 
Son :

Antonio Navarro
 
Régie lumière :

Octavio Gómez
 
Direction technique :

Marc Bartoló
 
Assistanat à la mise en scène et régie :

Julio Provencio
 
Production :

Mamen Adeva
 
Direction de production :

Gumersindo Puche
 
Maquillage et coiffure :
Laetitia Rochaix
 
Rideaux :

ShowTex
 
Impression de peinture :

Big Image Systems
 
Taxidermie :

Taxidermia Fer Fauna
 
Avec :

Victoria Aime
Angélica Liddell

Sindo Puche (en alternance avec Borja López)
Et avec 10 figurantes : 
Carine Baillod

Emmanuelle Coutelier

Yael Maim
Sonia Noya
Anna Sarukhanyan

Valentina Tchanz

Murielle Tenger
Elsa Triquet

Lisa Veyriez

Suzanne Widmer
Et une infirmière :

Montserrat Carvajal


Production déléguée et diffusion :
Atra Bilis Teatro/laquinandi, S.L.
Coproduction :
Théâtre de Vidy
Odéon – Théâtre de l’Europe
Festival d’Automne à Paris
68° Ciclo di Spettacoli Classici al teatro Olimpico di Vicenza – Comune di Vicenza –
Fondazione Teatro Comunale Città di Vicenza
La Bâtie-Festival de Genève
Theater Chur
Künstlerhaus Mousonturm
Bonlieu Scène nationale Annecy
Avec le soutien de :
Communauté de Madrid et Ministère
De l’Education, de la Culture et des
Sports – INAEM
Répétitions et création à Vidy
door gezien 2 december 2015
★★★☆☆ Toneel
Angélica Liddell 

Primera carta de San Pablo a los Corintios. Cantata BWV 4, Christ lag in Todesbanden. Oh, Charles!
Première épître de saint Paul aux Corinthiens. Cantate BWV 4, Christ lag in Todesbanden. Oh, Charles!
- deux spectacles du Cycle des résurrections


1h25 - Salle Charles Apothéloz 
En espagnol, surtitré en français
Dans Primera carta de San Pablo a los Corintios. Cantata BWV 4, Christ lag in Todesbanden. Oh, Charles ! Angélica Liddell travaille le tressage du sacré avec le profane, puisqu’elle en passe par ce sacrilège : transposer l’ardeur de l’amour pour Dieu, telle que saint Paul l’a décrite, sur les zones de l’amour profane. Comme pour vérifier, par la représentation, que Dieu et l’amour sont la même chose.
Ce spectacle ainsi que Tandy, présenté du 26 au 29 mars à Vidy, sont baignés d’une atmosphère baroque, galvanisante, semblent confondre parfois le contexte d’un théâtre avec celui d’une église : ils peuvent se définir comme des vanités, mais davantage par rapport à l’amour que par rapport à la mort. Soit des pièces qui nous rappellent de manière physique que toutes les possessions, toutes les réussites, tous les succès sont lettres mortes sans amour.


Angélica Liddell

C’est en 2010 que le public de théâtre francophone découvre Angélica Liddell au Festival d’Avignon : elle y présente deux pièces coups de poing, El año de Ricardo et La Casa de la fuerza. Elle travaille pourtant à Madrid avec sa compagnie Atra Bilis depuis 1993, mais jusque-là dans des réseaux de diffusion plus marginaux, plus erformatifs. Chacun de ses spectacles est une tentative de rédemption. Elle prend la douleur du monde sur le plateau, en elle, déplace la sauvagerie de certains dysfonctionnements collectifs sur l’intime de son propre corps, et cherche une expiation dans le geste artistique, même s’il faut pour cela aller jusqu’à la violence, l’épuisement, la mise en danger. Auteure, metteure en scène, performeuse, Angélica Liddell est une artiste extra-ordinaire, toujours sur le fil d’un rasoir qui hésite à trancher entre la réalité et la fiction. En 2011, elle présente Maudit soit l’homme qui se confie en l’homme : un projet d’alphabétisation, qui décline en français un abécédaire de la méfiance. Elle est maintenant entrée dans une série de pièces sur la résurrection, faite de You Are my Destiny (Lo stupro di Lucrezia), Tandy et Carta de San Pablo a los Corintios. Beethoven, sinfonia n° 7.





Texte, mise en scène, scénographie et costumes :

Angélica Liddell
 
Traduction en français : 
Christilla Vasserot
 
Surtitres : 
Victoria Aime
 
Lumière :

Carlos Marquerie
 
Son :

Antonio Navarro
 
Régie lumière :

Octavio Gómez
 
Direction technique :

Marc Bartoló
 
Assistanat à la mise en scène et régie :

Julio Provencio
 
Production :

Mamen Adeva
 
Direction de production :

Gumersindo Puche
 
Maquillage et coiffure :
Laetitia Rochaix
 
Rideaux :

ShowTex
 
Impression de peinture :

Big Image Systems
 
Taxidermie :

Taxidermia Fer Fauna
 
Avec :

Victoria Aime
Angélica Liddell

Sindo Puche (en alternance avec Borja López)
Et avec 10 figurantes : 
Carine Baillod

Emmanuelle Coutelier

Yael Maim
Sonia Noya
Anna Sarukhanyan

Valentina Tchanz

Murielle Tenger
Elsa Triquet

Lisa Veyriez

Suzanne Widmer
Et une infirmière :

Montserrat Carvajal


Production déléguée et diffusion :
Atra Bilis Teatro/laquinandi, S.L.
Coproduction :
Théâtre de Vidy
Odéon – Théâtre de l’Europe
Festival d’Automne à Paris
68° Ciclo di Spettacoli Classici al teatro Olimpico di Vicenza – Comune di Vicenza –
Fondazione Teatro Comunale Città di Vicenza
La Bâtie-Festival de Genève
Theater Chur
Künstlerhaus Mousonturm
Bonlieu Scène nationale Annecy
Avec le soutien de :
Communauté de Madrid et Ministère
De l’Education, de la Culture et des
Sports – INAEM
Répétitions et création à Vidy

Angelica Liddell maakt gepassioneerd, heftig en dikwijls duister theater dat bepaald niet los staat van haar eigen persoon. Haar nieuwste voorstelling gaat over de dunne scheidslijn tussen onvoorwaardelijke liefde en geweld. Geprojecteerde en gesproken teksten … Lees verder